Tentative d’homicide...

Les collègues Marc et Stef conduisaient leur véhicule de service sur la E40 en direction de la France lorsqu'ils ont remarqué une camionnette blanche portant une plaque d'immatriculation française. Ils ont décidé de contrôler le véhicule. Le conducteur d'une Mercedes noire s'est cependant interposé entre les deux véhicules et a empêché nos collègues de suivre la camionnette. Il est vite apparu que le conducteur de la Mercedes avaient de mauvaises intentions, car après des freinages brusques, des accélérations à 170 km/heure, des zigzags et d'autres manœuvres étranges, il a finalement poussé nos collègues hors de la voie fréquentée. Le juge a qualifié cet acte de « tentative d'homicide » et a sanctionné le conducteur à une peine de prison ferme.

Voici les témoignages de Marc et Stef :

Marc : « Nous roulions sur la E40 pour effectuer un contrôle de routine lorsque nous avons remarqué une camionnette blanche portant une plaque d'immatriculation française. Stef et moi avons décidé de contrôler le véhicule. Stef s'est donc approché du véhicule et a allumé nos gyrophares bleus. J'ai établi un contact visuel avec le conducteur de la camionnette pour lui faire comprendre qu'il devait nous suivre. Le chauffeur a marqué son accord en hochant la tête ». 

Stef : « Comme convenu, j'ai alors dépassé la camionnette en affichant notre panneau ‘Suivre la douane’. Pendant ce temps, j'ai remarqué qu'une voiture personnelle de la marque Mercedes se rapprochait de nous. Quelques instants plus tard, celle-ci s’est positionnée directement derrière nous et devant la camionnette blanche ».

Marc : « Nous avons tout de même suivi le chemin prévu et avons quitté la E40 à la sortie suivante. Pas de problème, la camionnette blanche a d’abord fait un mouvement pour nous suivre ... mais Stef a vu dans son rétroviseur latéral que les hommes de la Mercedes insistaient agressivement pour que le conducteur de la camionnette reste sur la E40... et il a fini par obéir ».

Stef : « J'ai tenté de faire demi-tour aussi vite que possible, j’ai mis les gyrophares et la sirène. Pendant ce temps, Marc a contacté la police pour prévoir des barrages routiers sur la E40. De retour sur l'autoroute, nous nous sommes rapidement retrouvés derrière la Mercedes, qui était précédée de la camionnette blanche.
Cependant, chaque fois que nous voulions la dépasser, la Mercedes roulait de gauche à droite sur les deux voies et sur la bande d’arrêt d’urgence pour entraver notre passage. Elle ralentissait brusquement par moments, atteignant une vitesse inférieure à 50 km/h. Il était clair que le conducteur avait de mauvaises intentions ».
 
Marc : « À certains moments, Stef passait sa main par la fenêtre pour avertir les véhicules venant en sens inverse que la situation était dangereuse et qu'ils devaient ralentir pour éviter tout accident ».

Stef : « À un moment donné, j'ai réussi à me positionner devant la Mercedes ; mais la camionnette blanche avait alors disparu de notre champ de vision. Peu après, le conducteur malveillant s'est soudainement arrêté à côté de nous, a quitté sa voie et a essayé de nous pousser hors de l’autoroute ! J'ai dû freiner très fort et faire preuve d'une grande maîtrise du véhicule pour ne pas provoquer d’accident ».

Marc : « La Mercedes est alors repartie de plus belle et a atteint des vitesses supérieures à 170 km/h. Nous avons eu l'occasion de la doubler à nouveau car elle ralentissait de temps à autre, mais c'était calculé, car soudain, sans prévenir, le véhicule a quitté l'autoroute et nous nous sommes vus obligés de continuer. Il était en effet impossible de faire demi-tour sur l'autoroute... »

Stef : « Nous avons ensuite roulé jusqu'à la frontière française, où des contrôles frontaliers de la police française et des services d'urgence étaient déjà à l'œuvre dans l'espoir de retrouver la camionnette ».

Marc : « J'ai alors reçu un coup de téléphone de la zone de police Westkust disant qu'ils avaient retrouvé la Mercedes et que les deux occupants avaient été arrêtés. Nous nous sommes rendus sur place et j'ai immédiatement informé le magistrat du parquet. Les deux hommes ont dû être mis en cellule, le juge d'instruction ayant retenu une possible condamnation pour tentative d'homicide contre les deux hommes..... »
Stef : « La chambre du conseil s'est ensuite réunie mensuellement et a chaque fois décidé de poursuivre leur détention ».

Marc : « Le parquait a fait peser de lourdes charges sur les individus pour les faits qui s'étaient produits. Cependant, les personnes arrêtées ont démenti les accusations. Le 2 février, Stef et moi nous sommes rendus à la Recherche locale pour être interrogés en tant que témoins (Salduz 1). Une enquête plus approfondie déterminera ce qu’il en est de la camionnette blanche ».
Depuis tous ces mois, nos collègues attendent patiemment le verdict du juge.

Enfin, fin mars 2021, l'affaire du conducteur et du passager de la Mercedes noire a été examinée. Le juge a estimé que le conducteur pouvait être accusé de « tentative d'homicide » en raison de ses manœuvres très dangereuses sur une route très fréquentée. Il a été condamné à une peine de quatre ans de prison, dont deux ans ferme... Son passager n'a pas été reconnu coupable de tentative d'homicide mais a été condamné à 12 mois de prison, dont la moitié avec sursis, en tant que coauteur d’entrave malveillante à la circulation routière et de rébellion armée. La voiture a été saisie.

30.09.2021   •   texte : Marc, Stef et Ann   •   Photos : marteau : Okan Caliskan sur Pixabay, menottes : Bill Oxford Unsplash, profils : OpenClipart-Vectors sur Pixabay

Une sanction sévère pour le conducteur qui a tenté de faire sortir les douaniers de la route

(c) Okan Caliskan by Pixabay
(c) Bill Oxford by Unsplash