Source : Gerd Altmann on Pixabay
Generalverwalter Kristian Vanderwaeren     Copyright: Stefan Biebuyck
Copyright: Tom Poelman
Source : Lucas Van Oort on unsplash
Source : Osama Saeed on unsplash

Il y a deux ans, la police judiciaire fédérale (PJF) dAnvers a craqué, avec une aide internationale, des téléphones cryptés équipés de lapplication Sky ECC. Celle-ci était apparemment utilisée par de nombreux narco-criminels. Grâce au décryptage des codes, les enquêteurs ont pu lire des milliards de messages et ont pu mieux comprendre le fonctionnement du milieu international de la drogue.

                                                        

 

Ces nouvelles connaissances ont permis d’intensifier la lutte contre la narco-criminalité. La PJF, la douane et le parquet d’Anvers et de Flandre orientale ont ainsi lancé, entre le 14 mars et le 11 avril 2021, une opération unique, baptisée « Skywalker », dans le port d’Anvers.

 

Les collègues du service de Recherche d’Anvers ont pris la direction de cette opération, car ils entretiennent des contacts étroits avec la PJF et le parquet. Mais les équipes Surveillance,

Rummage et Brigade portuaire, ainsi que les brigades canines et les services de scanning ont également collaboré à cette opération, épaulés par des collègues armés issus de divers services de contrôle du pays.

 

24 heures sur 24, 7 jours sur 7, tous ces collègues ont prêté main-forte avec enthousiasme. L’enquête visait quelques navires à destination du port d’Anvers, et l’objectif était d’intercepter immédiatement certains conteneurs à risque lors du déchargement au terminal. À partir de ce moment-là, ils ont été surveillés, contrôlés sur place et/ou encadrés jusqu’au scanner et/ou au poste de vérification. Là, les équipes se tenaient prêtes pour soumettre le conteneur à une vérification approfondie. Des collègues ont même contrôlé l’étape ultérieure de destruction. L’équipe Rummage a apporté son aide lorsqu’il a été jugé nécessaire de déjà surveiller certains conteneurs à bord du navire, avant même leur déchargement.

 

 

 

 


54,5 tonnes les cinq premiers mois



Le fait que nous ayons pu saisir 54,5 tonnes de cocaïne dans le port d’Anvers en seulement cinq mois est en partie dû au décryptage des messages et à l’opération spécifique Skywalker. Ainsi, entre le 2 et le 3 avril, une quantité de 10.964 kg de cocaïne a été retrouvée en une seule fois dans un conteneur rempli de paquets de cuir bleu.

Une opération impressionnante

Notre administrateur général était particulièrement ravi de la prestation remarquable livrée par nos douaniers lors de ces actions, comme en témoigne le message sur l'intranet (accessible uniquement au personnel actif).

Nos autres partenaires (la PJF et le parquet) étaient également impressionnés par notre rapidité d’intervention et reconnaissants des efforts fournis par l’AGD&A.
Conclusions provisoires

Il est clair que la lutte contre la narco-criminalité s’intensifie et nécessite de plus en plus de moyens. Nos responsables politiques envisagent de poursuivre l’élargissement des services armés et il y a également le projet de scanning à 100 %, qui va graduellement augmenter la capacité de scanning.
Afin de mener à bien cette opération gigantesque, l’aide de douaniers armés provenant des six autres régions s’avérait nécessaire. Un par un, des volontaires motivés ont répondu à l’appel du SPOC de leur région, qui a transmis les noms au coordinateur du service Opérations des départements centraux de Bruxelles. Les équipes ont été pilotées avec le dirigeant du service de Surveillance d’Anvers.
AIDE VOLONTAIRE
L’équipe de Surveillance d’Anvers a parfaitement pris en charge ses collègues : chacun a reçu un court briefing au préalable, avec une attention particulière pour la sécurité. Enfin, la plupart des volontaires n’avaient par exemple jamais travaillé dans un terminal à conteneurs, ce qui n’est en soi pas sans risque en raison des chariots cavaliers qui y circulent. Les collègues francophones ont même reçu les instructions dans leur langue maternelle.  
L’attention nécessaire a également été portée au bien-être des collègues appelés à la rescousse : pas de lits de camp pour se reposer, mais leur propre chambre d’hôtel s’ils le souhaitaient et des sandwichs avec du café ou du thé pendant le service.

Il n’en demeure pas moins que ces collègues devaient donner le meilleur d’eux-mêmes au cours de chaque shift. Si la mission pouvait sembler spectaculaire au premier abord, ils devaient surtout concrètement assurer une surveillance pendant des heures dans des conditions risquées.

                                                        

 

Bien entendu, la PJF poursuit pleinement, même après cette opération, le décryptage des millions de messages interceptés.  Il s’avère en effet que les messages sont souvent formulés en langage codé, et que des leurres peuvent parfois se glisser également dans ces messages pour mener sur une fausse piste.

Il est clair que « Skywalker » était une opération très intense, qui a nécessité beaucoup de moyens. Nous ne disposons pas de suffisamment de personnel pour pouvoir mener ce type d’actions en continu. Néanmoins, notre administration continuera à apporter son soutien à la PJF et au parquet dans la mesure du possible et de ses compétences. Bien entendu, cette aide pourra également être apportée en dehors du port d’Anvers si nécessaire.

09.11.2021 -   •   Texte : AVP   •   Mise en page :  Ilse De Witte   •   Un tout grand merci au conseiller général, à la directrice du centre régional d’Anvers Sabine De Schrijver et à la conseillère Ilse Eelen pour avoir contribué à la réalisation de cet article.

OPÉRATION  SKYWALKER

© Tom Poelman

Source : Gerd Altmann on Pixabay free images

Source : Osama Saeed on unsplash

Source : Lucas Van Oort on unsplash

Source : Colin Davis on Unsplash

Source : Colin Davis on Unsplash

© Stephan Biebuyck

OPERATION SKYWALKER
LE DECRYPTAGE SE POURSUIT