Le 22 juin 2017, l'Équipe de Rummage des D&A a été contactée par le CIR-Zeebruges (Carrefour d'information maritiem) en lui demandant s'il serait possible d'effectuer une fouille à bort d'un ancien bateau de pêcheur, le Bounty 2, dans le port d'Ostende. Ce bateau a été utilisé occasionnellement pour des sorties de pêche avec des pêcheurs our des emplois dans le parc à éoliennes devant la côte. Il s'agissait cepentdant aussi d'effectuer une enquête liée au trafic de drogues entamée il y a déjà plusieurs années par la Police judiciaire fédérale de Bruges. Au moment où l'on nous a contactés, ce bateau était justement amarré après avoir effectué un voyage nébuleux en direction du Cap-Vert et du Suriname.
Après une "perquisition" effectuée à bord par la PJF (Police judiciaire fédérale), des soupçons persistaient car quelque chose ne cadrait pas dans le tableau et c'est ainsi que la "cavalerie lourde" a été mise en oeuvre. Certaines situations ont été examinées à bord par la PJF,  la SPN (Police maritime), l'Équipe de rummage des D&A, le Port d'Ostende, puis réexaminées, dévissées et... le cas a ensuite été classé comme étant négatif.
Pourtant nous avons remué ciel et terre pour contrôler le bateau de fond en comble. Ainsi, une équipe de plongée de l'ESI (Escadron spécial d'intervention) de la Police fédérale a inspecté la partie immergée (le dessous) du bateau. Également sans résultat.                                                        
.
Après cela, l'unique possibilité restante était de fouiller la soute. Il s'y entassaient de grands cubitainers, certains même superposés, certains étant remplis d'eau et d'autres de gasoil. Il n'y avait aucun moyen d'examiner la totalité de la soute. Ni la citerne à eau qui selong les plans du bateau, se trouvait quelque part sous la cargaison.
Afin de pouvoir quand même contrôler la soute et de la décharger, il a été décidé de remorquer le bateau vers la base navale de Zeebruges.

Le 27 juin il a de nouveau été demandé à l'Equipe de rummage de prêter main forte au contrôle de la soute dégagée du bateau. Lors du déchargement des cubitainers, il a été constaté que la construction de l'arrière de la soute ne correspondait pas vraiment à l'état du  reste de la soute. Cela pourrait bien être une fausse paroi.

Deux collègues britanniques ont également été mobilisés par la PJF pour prêter main forte. Les collègues brittanniques avaient déjà suivi discrètement l'embercation sur une distance importante avant qu'elle n'atteigne les eaux territoriales belges. Sans oublier que les nombreuses années d'expertise des Britanniques en matière de rummage des bateaux, est mondialement connue.



À bord de ce bateau, le Bounty 2, les agents de la Protection civile ont pratiqué un passage au chalumeau dans la fausse paroi de la soute. On y a trouvé, cachés sous quelques panneaux de bois et une amarre, 64 ballots contenant au total 1.538 kg de cocaïne. Si la totalité de l'espace de cette soute cachée avait été utilisé, il aurait été possible d'y trouver dix fois plus de marchandises que ce que nous y avons trouvé!!!

En passant ce compartiment découvert à la loupe, on a pu localiser la trappe d'accès (l'accès "normal"). Il s'est avéré qu'il s'agissait d'une écoutille cachée sous une plaque de métal à glissières aménagée sur la coursive du pont. Tout simplement....

Conclusion: beaucoup trouvé mais aussi beaucoup appris !!

Ont collaboré à cette mission: La PJF-Bruges - le CIR-Zeebruges (Marine/SPN/Douane) - la SPN - l'Équipe de rummage D&A - la Brigade portuaire D&A - NCA (UK) - le Rummageteam Felixstowe (UK) - L'ESI - le Labo de la Police fédérale - le Port d'Ostende - la Défense / Base navale de Zeebrges - la Protection civile et les personnes que j'aurais pu oublier. Très sympa de voir que l'union des énergies mène à des résultats !


Texte et photos: J.V.
LA COLLABORATION (INTER)NATIONALE PERMET LA DÉCOUVERTE D'UNE TONNE ET DEMIE DE COCAÏNE