Le Groupe anti-drogue de la Douane





Le GAD est un Groupe Anti-Drogue de la Douane.  
Il y en a un à l'aéroport de Zaventem et un autre à  
l'aéroport de Bierset. Pour en savoir plus sur le  
travail de ces équipes, nous nous sommes rendus  
dans leur quartier général de l'aéroport de  
Zaventem afin d'y interviewer Bartholoméus  
Maes, leur chef d'équipe.
Quelles sont vos tâches?
Bartholoméus : L'acronyme GAD signifie Groupe  
Anti-drogue. Dès lors, notre tâche principale est  
de rechercher des drogues à l'aéroport de  
Zaventem, mais ce n'est pas tout. Nous  
recherchons d'autres marchandises illégales  
comme les animaux et plantes protégés par la  
convention Cites, les contrefaçons, les armes  
illicits...nous avons aussi de temps en temps des  
dossiers fiscaux.
Il y a un autre GAD à Bierset, avec lequel nous  
collaborons.
Avez-vous reçu une formation spécifique?
Non. Certains membres de l'équipe ont suivi les  
cours techniques propres aux agents qui font  
partie des brigades de recherches, comme des  
techniques d'interrogatoire. Pour le reste, nous  
sommes des "self made man". Nos méthodes de  
travail sont le résultat d'une vingtaine d'années  
d'expériences. Aujourd'hui, l'expert, c'est Paul  
Meuleneire. Il travaille ici depuis plus de 20 ans et  
partage son savoir avec ses collègues.









Disposez-vous de chiens pour travailler?
Non, si nous avons besoin de chiens, nous faisons  
appel à l'équipe cynophile. Des actions spéciales  
sont parfois organisées avec les équipes de  
maîtres-chiens et la Police. Nous avons mené une  
opération avec la Police et les chiens il y a quelque  
mois. Nous avons contrôlé un avion en  
provenance du Maroc, et nous avons trouvé 8  
valises avec du hasch.
Trouvez-vous souvent des drogues ou d'autres  
marchandises interdites?
Presque tous les jours. Ce que nous pouvons  
observer comme tendance, c'est qu'on trouve de  
moins en moins de drogues dans les cargaisons.  
Par contre, les airportcrime sont tendance. Les  
criminels ou leurs complices ont accès à l'air-side  
zoned'où ils détournent la drogue. On trouve aussi  
de plus en plus de drogues dans les courriers et  
sur les passagers.
Est-ce un job dangereux?
La plupart du temps non. Ça peut l'être parfois.  
Par exemple, lorsqu'il s'agit de criminels qui  
viennent récupérer de la drogue et que nous  
devons arrêter. Nous collaborons alors avec la  
Police Fédérale. Mais ça n'arrive que quelques fois  
par an. A chaque fois qu'une personne doit être  
arrêtée, nous faisons appel à la Police.





Avez-vous des horaires spécifiques?
Non, nous commençons vers 7h et terminons  
vers 16h. Cependant, il y a toujours deux  
personnens de garde. Nous pouvons donc être  
rapelés le soir ou le weekend.

Est-ce que ça arrive souvent?

Presque toutes les semaines. Nous devons être  
très flexibles. Nous devons parfois traveiller en  
dehors des heures normales pour des actions  
spéciales.

Une grande partie du trafic de marchandises se  
déroule la nuit, c'est pourquoi nous devons  
toujours avoir des agents qui travaillent la nuit.  
Les horaires de bureau n'existent pas pour  
nous. Nous avons une fiche de prestation...Les  
systèmes 1 ou 2 ne s'appliquent pas.

Comment choisissez-vous les colis à  
contrôler?

Sur base de l'analyse de risques. En pratique,  
nous analysons le manifeste et les documents  
d'accompagnement des cargaisons (factures,  
lettre de transport aérien).

Nous aimerions beaucoup disposer des  
informations électroniques détaillées pre-
arrival des envois que nous recevons.  
Actuellement, ces données sont envoyées  à la  
cellule Safety and Security qui se situe dans le  
NOGA mais ces informations sont incomplètes  
et ne permettent pas une analyse de risque  
efficace.

Avez-vous un feedback du parquet après une  
saisie?

On établit un procès-verbal et si la personne  
est déclarée coupable, nous recevons une  
copie du jugement.

Avez-vous autre chose à dire?

Après le basculement, nous espérons pouvoir  
accueillir de nouveaux collaborateurs. Nous  
sommes actuellement neuf personnes pour le  
plus grand aéroport de Belgique. De plus,  
depuis le basculement nos compétences  
territoriales ont été étendues à tout le Brabant  
Flamand.
Texte: Bénédicte Somja