Directeur chez KGH Global Consulting et Président chez Border Services, Lars Karlsson
L' administrateur-général Kristian Vanderwaeren
Cela fait déjà 10 ans que la notion « d’Authorized Economic Operator (AEO) » est connue au sein des entreprises impliquées dans le commerce international et les procédures douanières.  Depuis lors, quelque 475 entreprises belges ont un statut AEO. Elles bénéficient de certains avantages, dont le fait d’avoir moins de contrôles et d’avoir un accès plus rapide à certains modèles de processus douaniers et de simplification. En outre, elles sont plus concurrentielles étant donné qu’elles sont considérées comme entreprises « de qualité et fiables ».
À l’occasion de ce jubilé, notre administration a organisé, le 14 septembre dernier, au Pacheco Center à Bruxelles, un séminaire pour les entreprises AEO, les fédérations professionnelles et les ports. Elle a invité des orateurs nationaux et internationaux à présider différentes sessions autour de thèmes pertinents pour la douane.a
L’événement AEO a été solennellement ouvert pour quelque 250 participants par l’administrateur général K. Vanderwaeren. Il a insisté sur le fait que la collaboration entre notre administration et les AEO est nécessaire :
« Là où, par le passé, une autorisation AEO n’était qu'une simple preuve d’accès à certains types d’autorisations et d’exemptions, nous constatons ces dernières années qu’elle a évolué vers bien plus que cela. En Belgique, l’autorisation est devenue la « clé » par excellence vers un partenariat privilégié avec l’AGD&A, basée sur une confiance, une collaboration et un respect mutuels. Il s’agit dès lors des exigences de base pour que vous puissiez réaliser des choses importantes, avec nous. Cela s’appelle la « co creation.
La co creation ne constitue que l’un des quatre éléments de l’engrenage - que nous avons choisi symboliquement, car la Douane n’est pas à court d’idées pour soutenir l’économie.
L’AGD&A souhaite notamment investir dans le
profiling.  Elle soulignera les forces de la Belgique, comme sa situation stratégique idéale et la présence d’un tissu logistique très étendu. En outre, en tant que Douane, nous disposons de connaissances approfondies et détaillées de la chaîne d’approvisionnement. Le profiling nous amène aussi sans transition vers la « construction d’une image», tant en interne qu’en externe, nous voulons faire rayonner la portée de notre administration et ce, avec l’enthousiasme nécessaire. Il y a aussi cette « volonté » de soutenir les entreprises de manière optimale - et certainement, les AEO (support).
Il s’agit d’une stratégie consciemment choisie et nous y consacrerons tous nos efforts. »
10 ANS AEO
Evénement AEO 2018
 

Engrenage symbolique : peut uniquement avancer grâce à nos efforts communs
Actuellement, les titulaires d'une autorisation douanière AEO Douane et Sécurité bénéficient de tous les avantages légaux
  Het EU-AEO-programma
Entre-temps, le programme AEO est devenu bien plus qu’un instrument de sécurité, il a notamment intégré la simplification des procédures douanières. L’UE souhaite même encore plus investir au profit de toutes les personnes concernées.

Pendant les sessions thématiques, les visiteurs se sont répartis dans différentes salles. Ils pouvaient s’inscrire à l’avance pour les thèmes en fonction de leur préférence : “Customs Competence Centers (3 C’s), Aptitude professionnelle, System Based Approach” et “Blockchain, Artificial Intelligence & The Internet of Things”.
Après ce discours d'ouverture, a suivi une première session plénière sur le « Progrès du programme AEO européen et ses défis » exposé par Monsieur Philip Kermode, directeur des Douanes à la Commission européenne.
Il a entre autres dit que l’union douanière fêtera ses 50 ans d'existence cette année et qu’au sein de cette union, les autorités douanières nationales sont chargées de la promotion du commerce et de la sécurité aux frontières. La Commission européenne souhaite veiller à ce que les services de douane disposent des instruments adéquats pour mener leurs tâches à bien et de la manière la plus efficace possible. Il y a dix ans, elle a introduit le programme AEO pour sécuriser la chaîne d’approvisionnement internationale et de réduire l’impact des contrôles douaniers dans ce cadre pour les entreprises ayant un statut AEO.
 
Aptitude professionelle
Orateurs : Nathalie Bundervoet (AGD&A - Législation) Pierre De Borggraef (AGD&A-Formation) Karel De Greve (Commission européenne) Michael Van Giel (Adon)
Depuis le 1er mai 2016, il est prévu dans la législation douanière que chaque entreprise AEO doive travailler le professionnalisme dans le but d’assurer une connaissance suffisante. C’est aussi obligatoire au niveau national pour toute personne souhaitant exercer la profession de représentant en douane. 
Il y a deux manières de répondre à ce nouveau critère. Soit on doit pouvoir démontrer qu’on est déjà actif depuis plusieurs années dans les opérations douanières et qu’on a accumulé une expérience suffisante de cette manière, soit on doit avoir suivi une formation agréée.
Actuellement, celles-ci n’existent pas encore en Belgique, mais l’AGD&A a pris la responsabilité sur elle de se charger de l’agréation de telles formations. Elle souhaite à cet effet créer un Comité Professionnalisme regroupant des représentants du monde académique, du secteur privé et des représentants de notre administration qui se chargeront de l’agréation. Les membres détermineront en premier lieu le niveau requis et soutiendront en outre les directives du Customs Competence Framework.  On promet déjà maintenant qu’ils mettront la barre haut en Belgique
étant donné qu'ils s'attendent à ce qu'à terme, cela n'apporte que des avantages.
Orateurs : Didier Dubois (AGD&A - Operations) Lionel Van Reet (CSP) Bart Witdouck (Evonic) et Mieke Verpoorten (AGD&A – AEO)
SBA est une méthodologie de contrôles qui est appliquée chez les opérateurs économiques disposant d'un système informatique fiable, de sorte que les autorités douanières puissent orienter leurs contrôles sur les systèmes d’entreprise de l’opérateur au lieu des contrôles transactionnels qui interrompent la chaîne logistique.
Si une entreprise souhaite bénéficier de cet énorme avantage et appliquer le SBA, elle doit bien remplir les conditions pour obtenir le statut AEO. En outre, l’entreprise doit disposer d’une comptabilité douanière intégrée, acceptée par l’AGD&A.   
Le System Based Approach traite de la compliance, du contrôle interne, de la gestion des risques, mais surtout de la confiance mutuelle. Pas moins important, le fait que l’application du SBA est en outre une étape en avant vers la future autorisation Self-Assessment (SA-Évaluation par l’opérateur économique même).
Orateurs : Valantin Carlan (UA) Philip Heeren (LAGA) John Kerkhofs (PORT@PP) Fernand Rutten (Deloitte) Steven Schutter (NXTPORT)
L’introduction de nouvelles technologies est nécessaire, car la chaîne d’approvisionnement de marchandises doit faire face aux trop nombreuses interactions par envoi. Il y a encore trop de temps perdu et le papier est trop souvent considéré comme unique source authentique. Enfin, nous constatons également que nous ne disposons pas de toutes les données pour effectuer une bonne analyse de risques. Blockchain, the Internet of Things and Artificial Intelligence peuvent y remédier.


-Blockchain (une chaîne de blocs)

La blockchain est une banque de données qui peut être partagée par bon nombre de personnes et qui comporte une liste continuellement croissante de données. À chaque fois que des transactions ont lieu pendant un certain laps de temps, celles-ci sont ajoutées comme nouveau bloc à la blockchain, qui contient tant les anciennes informations que les nouvelles informations.
Chaque partie du réseau peut voir cette transaction directement avoir lieu (grande visibilité). Un autre avantage est que l’on peut aussi toujours vérifier lorsqu'une transaction a eu lieu. Il s’agit donc d'un système pour transférer des données d’une manière ultra sécurisée. Vu que tous les utilisateurs ont une copie des données stockées et qu'ils peuvent les contrôler, un tiers comme par exemple une autorité n’est pas nécessaire. 
Le bitcoin est une application très connue de la blockchain. Vous pouvez toujours utiliser cette technologie où différentes parties veulent échanger des données. Ainsi, une chaîne d’approvisionnement se compose en majeure partie de transactions entre fournisseurs, producteurs, transporteurs, etc. Des bills of lading, des letters of credit, des garanties
de paiement, des certificats et autres peuvent être repris dans la blockchain.


-The Internet of Things

À travers le monde, les gens utilisent internet pour trouver des informations, pour communiquer avec d’autres et pour faire des choses. Mais ils ne sont cependant pas les seuls à le faire. Des objets de tous les jours sont également liés au réseau et peuvent échanger des données. Cela se fait à l’aide de puces intelligentes. L’Internet of things génère de nombreuses données très utiles qui peuvent contribuer à une analyse des risques (automatique).



- Artificial Intelligence

L’intelligence artificielle sont des appareils qui réagissent aux données ou aux impulsions de leur environnement, et prennent des décisions de manière autonome sur la base de celles-ci. Des algorithmes intelligents doivent analyser les données obtenues, comme les images scannées. De très nombreuses images peuvent être analysées à un rythme très élevé.
La mise en œuvre des technologies ingénieuses nécessaires pour obtenir encore de meilleurs résultats, nous confronte à de sérieux défis : les futurs développements doivent être suivis de près, il doit y avoir une interaction entre les différentes technologies et cela demande une adaptation dans la formation des personnes.


Blockchain, the Internet of Things and Artificial Intelligence
System Based Approach
 
Customs Competence Center (3C)
 
Après un lunch très bien préparé, tout le monde s’est à nouveau réuni dans la salle Pacheco pour une session plénière sur le « Brexit », présentée par Monsieur Lars Karlsson, directeur chez KGH Global Consulting et président chez KGH Border Services. Il a prévenu :
"Il y a encore de nombreuses incertitudes par rapport au Brexit, mais on y est presque. Tant l’AGD&A que les entreprises doivent s’y préparer d'une manière ou d’une autre."
Notre administration est en pleine préparation au niveau interne et externe. Elle invite les entreprises à visiter les pages sur le « Brexit » sur le site internet de l’AGD&A. Depuis le 18 septembre, elles peuvent également se rendre sur « brexit.belgium.be » pour le « Brexit Impact Scan ». Ce scan est pour toutes les entreprises en Belgique. Grâce à cela, elles peuvent chacune parcourir toutes les situations qui leur sont applicables pour découvrir les effets - parfois inattendus - pour leur entreprise.

Avant que le Ministre Van Overtveldt ne prenne la parole, le conseiller général Werner Rens Marketing a chaleureusement remercié toutes les personnes ayant contribué à faire de cet événement AEO un succès. Il a ensuite résumé les principaux points d’attention des différentes sessions.
La présence du Ministre Van Overtveldt a montré l’importance de cet événement. Le commentaire du Ministre Van Overtveldt : « Un développement économique durable est possible si tant les entreprises que l’Administration des Douanes et Accises remplissent leur rôle. Des initiatives très intéressantes ont déjà été lancées, mais le travail à abattre est encore énorme. Mais tant l’AGD&A que les entreprises sont convaincues d’atteindre les objectifs », a clôturé de manière adéquate cette édition anniversaire réussie et appréciée.
Le Conseiller géneral Werner Rens, Marketing et aussi initiateur de cet événement.
Texte : Anne Van Puymbroeck
Photo : Stephane Biebuyck
Avec un tout grand merci aux collègues Katrien De Wachter, Silvie Hutsebaut, Elena Popirayko, Werner Rens et Olivier Van Der Biest
Il ressort de l’enquête de satisfaction, mais aussi des réactions pendant la journée de l’événement même que les participants ont fortement apprécié l’initiative. Ils n’ont pas seulement beaucoup appris lors cette journée mais il s’agissait aussi d’une occasion unique de créer des réseaux. Nous ne pouvons donc que conclure que cet événement a été couronné de succès.
Philip Kermode, Directeur des Douanes à la
Commission européenne.
Ministre
Johan Van Overtveldt
Orateurs : Werner Rens (AGD&A – Marketing) Michel Lequeu et Sven Van der Biest (AGD&A – Support économique) Brigitte Vandenbussche (AGD&A – Tarif) Kurt Samaey (AGD&A) Tim Van Sant (Cabinet Finances)

De plus en plus, les grandes entreprises rassemblent, étant donné que leur activité est liée à la douane mais qu’elle ne constitue pas leur core business, toute l’expertise en matière de douanes et accises, de TVA au sein de l’entreprise. Elles le font pour des raisons d’efficience et d’efficacité et pour promouvoir la satisfaction des clients. Elles pratiquent cela pour des raisons d’efficience et d’efficacité et pour promouvoir la satisfaction des clients.
À l’aide des projets 3C, notre administration veut soutenir les entreprises AEO belges lors de la création d’un 3C en Belgique. Grâce à cela, l’AGD&A souhaite contribuer à placer encore plus la Belgique comme pôle mondial d’activités logistiques.  Notre pays a en effet suffisamment d’atouts dans ses mains. Lisez plus de détails de notre conversation avec Werner Rens sur http://www.daschakel.be/triple_c.html
L' administrateur-général
Kristian Vanderwaeren
Directeur chez KGH Global Consulting et Président chez Border Services, Lars Karlsson
Philip Kermode, Directeur des Douanes à laCommission européenne
Le Conseiller géneral Werner Rens, Marketing et aussi initiateur de cet événement.
Ministre Johan Van Overtveldt