Eric Dubar
et les 20 km de Bruxelles
Pour Eric Dubar, les "20 km de Bruxelles" du 28 mai étaient un événement très important. Pour la première fois, il jouait un rôle dans l'élaboration pratique de cet evenement ECSA auquel ont participé tant des douaniers étrangers. Il a ainsi suivi les traces de Rita De Wolf, qui a pris sa retraite fin 2017.
Bonjour Eric, pourquoi avez-vous repris cette tâche de Rita?
Ces duex dernières années, j'avais déjà aidé Rita pour les préparatifs d'événements ECSA, comme ceux des "20 km de Bruxelles". En raison de son départ à la retraite, mon chef m'a demandé si je voulais reprendre son paquet de tâches relatives à l’ECSA. J’étais tout de suite d’accord. Je suis sportif, et j’ai une préférence pour le cyclisme que je pratique tant le week-end qu’en semaine. Il arrive souvent que je me libère le mardi après-midi pour faire une sortie en vélo d’une centaine de km avec mes amis. J’espère même pouvoir participer au championnat de cyclisme sur route qui a aussi été reconnu par l’ECSA et qui est organisé par l’administration douanière britannique.
Pouvez-vous décrire votre tâche relative aux activités sportives ECSA, svp ?
D’une part, notre administration, en tant que membre ECSA, a promis d’organiser la participation de douaniers belges et étrangers à la course des « 20 km de Bruxelles ». D’autre part, sa tâche est aussi de veiller à ce qu'une délégation de douaniers belges participe à une activité sportive organisée par des collègues étrangers. J’aide Ivan Hervent, qui est le représentant officiel de l’AGD&A belge auprès de l’ECSA depuis cette année et qui succède à notre collègue Katrien De Wachter, pour l’élaboration pratique de ces promesses à l’ECSA.
Comment procédez-vous lorsque des collègues étrangers organisent une compétition ?
Pour les événements sportifs à l’étranger, ma tâche est d’envoyer des e-mails en masse accompagnés d’une invitation à tous les collègues de notre administration pour leur faire savoir qu’ils peuvent présenter leur candidature.
J’effectue ensuite une sélection provisoire de candidats. Je soumets enfin cette sélection à Ivan en vue de son approbation. 

Dès qu’il a donné son feu vert, j’envoie aux sportifs sélectionnés une demande de participation à un voyage à l'étranger. Ils doivent compléter les données de ce document aussi consciencieusement que possible et le renvoyer au becustoms, accompagné de la signature de leur chef de service. Ce dernier doit naturellement donner son accord, car les candidats reçoivent une dispense de service pour cette participation. De plus, on peut commander des tickets de transport, et le pays hôte peut réserver des chambres dans l’hôtel de leur choix.
Notre administration paie les frais liés au moyen de transport, à l’hôtel et à la participation à la compétition. Je prête aussi aux candidats deux t-shirts avec le logo de l’ECSA qu’ils doivent porter pendant le championnat.  Je les récupère par après.
Selon vous, quels critères doivent remplir les candidats pour pouvoir participer ?
Je me suis promis de faire participer des collègues différents chaque année pour que tous les candidats aient la chance de participer à une telle compétition. Toutefois, j’ai aussi mes critères. Ainsi, je trouve très important qu’ils représentent notre administration d’une manière responsable et respectueuse pendant la compétition, mais aussi avant et après celle-ci. Selon moi, ils ne doivent pas atteindre les meilleurs résultats, mais ils doivent donner le meilleur d’eux-mêmes pour réaliser la meilleure performance possible. Et enfin, je trouve qu’il est aussi important, pour les participants principalement, de pouvoir se débrouiller en anglais, sauf si l’événement a lieu aux Pays-Bas ou en France...
Comment se sont passés les 20 km de Bruxelles pour vous ?
J’étais un petit peu nerveux les jours précédant l’événement, mais après tout, il y avait des mois de préparation : envoi des invitations, recherche d’un hôtel adapté, réservation des chambres, prévision de la nourriture, aide à l’accompagnement du voyage et entretien d’autres correspondances, etc. On peut malgré tout toujours oublier quelque chose, mais je suis satisfait du travail accompli. Bien sûr, je n’ai pas dû tout faire tout seul. J’ai pu compter sur l’aide de Bénédicte Somja, Ivan Hervent, Katrien De Wachter, Ines Kouijzer et Jeanine De Bolle. Le samedi matin à 7h30, j’ai démarré de chez moi, à Tournai. En effet, j’avais promis à certains collègues étrangers de les chercher à la gare de Bruxelles Nord et de les accompagner à l’hôtel « Husa President », à côté du bâtiment North Galaxy.  J’ai passé les nuits de samedi et dimanche avec eux à l’hôtel.
Le dimanche, jour de compétition, après le petit-déjeuner, nous nous sommes rendus en métro sur le lieu de départ  dans le Parc du Cinquantenaire. J’avais prévu un endroit dans les environs où tous les participants ECSA (douaniers belges et étrangers) pouvaient se réunir, entre autres pour faire quelques belles photos de groupe que ma collègue Bénédicte Somja a prises.
À ce moment-là, je me suis rendu compte qu’une dizaine de collègues étaient aux abonnés absents sans m’avoir prévenu. C’est en effet la première fois que je déplore cela pour les « 20 km de Bruxelles ». Il ne s’agit bien sûr pas de mon argent, mais notre administrateur général et différents services au sein de notre administration s’investissent beaucoup afin de prévoir un bon budget pour cet événement.
Le soir, comme à notre habitude, nous avions encore prévu un repas commun à l’hôtel pour tous les participants ECSA avec la cérémonie des médailles aux meilleurs candidats et candidates, et à la meilleure équipe nationale. Nos invités ne s’attendaient pas à ce que notre administrateur général, un vrai fan de « Queen », accueille tout le monde en tapant du pied et en frappant dans les mains sur le rythme de la chanson « We will Rock you » et en se prenant pour le chanteur Freddy Mercury.
Ils n’avaient jamais vu ça, mais chacun a adoré cette superbe initiative. Ce sont de beaux souvenirs à conserver...
Quand êtes-vous rentré chez vous ?
Le lundi vers 13h00, les derniers participants ont pris le train à destination des aéroports de Zaventem et de Charleroi. Dans la matinée, j’ai pris part à une réunion de mon service au NoGa (et oui, le travail habituel continue lui aussi), et dans l’après-midi, je suis finalement rentré chez moi. C’était génial !
Texte : AVP
Photos : Eric Dubar